Le Golfe, quel tourisme ?

Le Golfe, quel tourisme ?

En cette journée du 8 novembre 2018, sous la haute bienveillance de Monsieur le Maire d’Arzon, s’est tenue une journée événement selon le communiqué de presse reçu avec la confirmation de notre inscription pour y participer.

Le titre était d’ailleurs assez évocateur pour que les interventions et conférences soient, comme précisé, ” inattendues et expertes ” :

« À QUOI ÇA SERT LE TOURISME ? »

Belle et intéressante journée au cours de laquelle, tous les intervenants ont encouragé à ne pas laisser s’installer un tourisme de « masse ».

C’était l’occasion de présenter les résultats de l’enquête Reflet. Conduite par le comité régional du tourisme.

Elle révèle le portrait des touristes qui choisissent notamment le golfe du Morbihan pour destination : des familles avec enfants, dont le séjour moyen n’excède pas une semaine.

Six experts ont fait le déplacement, le romancier Yann Queffélec, le sociologue Jean Viard, le professeure Christine Petr, le rédacteur en chef de National Geographic Gabriel-Joseph Dezaize, le directeur d’offices de tourisme de France Christophe Marchais et l’ingénieur météorologue Louis Bodin.

Lire la suite de l’article d’Actu Morbihan……

Jean-Louis ETIENNE et Yann QUEFFELEC ont été ressentis par plusieurs d’entre nous comme les plus sincèrement sensibilisés à la prise en compte d’une défense sérieuse de l’environnement alliée à un développement maîtrisé du tourisme.

Monsieur Roland Tabart Maire d’Arzon, par ailleurs président de l’office de tourisme, a été particulièrement attentif et a voulu apparaître partisan d’une occupation « raisonnée » du sol touristique et défenseur d’un environnement durable ; ce qui ne peut être qu’encourageant pour les suites qui seront sans doute données à cette rencontre.

En effet, n’avait-il pas dit avant la tenue de cette journée : « On souhaite créer un laboratoire de réflexion et d’action et le pérenniser pour les années à venir », propos rapportés par Ouest-France, édition du 19/10/18 ?

Les participant.e.s (majoritairement du milieu touristique) sont surtout intervenu.e.s pour prôner un tourisme à taille humaine, conscients que le Golfe, pour ne pas péricliter et conserver tout son charme, doit sans doute songer à promouvoir l’étalement des visites touristiques sur 12 mois et non sur 3 ou 4 semaines d’été.

Plusieurs ont estimé que le territoire pouvait à terme se voir “dévasté” si des mesures, permettant d’allier protection environnementale des lieux visités et développement financier durable, n’étaient pas rapidement prises et appliquées. Est-ce utopique ? Constat judicieux d’une profession craignant pour son avenir économique si elle ne raisonne qu’à court terme ?

Il ne s’agit pas de mettre le territoire sous cloche !

Mais pour sensibiliser, il est nécessaire que de la pédagogie bien adaptée soit diffusée sereinement sans accuser ni chercher des boucs-émissaires.

Echanges et concertations les deux “mamelles” de la réussite pour conserver la beauté de ces lieux qui enchantent les visiteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.