La nouvelle base de Toulindac sur les rails

La nouvelle base de Toulindac sur les rails

Toulindac en Baden, projet controversé

Un peu d'historique

Un petit retour en arrière de 7 années, voire plus pour certains aspects du dossier, afin de se remémorer un projet bien controversé.
Dossier piloté par l’agglo de Vannes, le département du Morbihan et la municipalité de Baden de l’époque.
Après moult péripéties, un projet est présenté, épinglé comme « pharaonique ».
Prises de position contradictoires, échanges par articles de presse interposés entre les différents intervenants.
Réunions avec les associations environnementales, dont les AGM.
Sans contester une certaine utilité du projet, l’association émet plusieurs réserves quant aux aspects environnementaux et de déclassement du statut d’une partie de la zone convoitée.
L’enquête publique permettra sans doute de vérifier si les recommandations suggérées seront ou non prises en compte.
Recours juridiques divers et variés, avis plus que réservé de la commissaire-enquêteuse, une manifestation symbolique des élus est organisée sur la plage alors que 2 procédures devant les tribunaux sont en cours.
Au final, la justice s’est prononcée pour annuler le permis de construire et tous les jugements ont été rendus au bénéfice de l’association environnementale les Chemins de Ronde, initiatrice des procédures.
Mais l’agglo de Vannes laissait bien entendre qu’elle ferait appel de ces dernières décisions.

L’histoire retiendra que l’institution perdit son recours !
Le projet, sous cette forme de complexe architectural (très) imposant dans une zone Nds, a été remisé au placard.
Entre temps, les élections municipales de 2014  sont passées par là, amenant son flot de joie et de déception.
L’agglomération de Vannes a fusionné avec celles de la Presqu’île de Rhuys à l’est de Vannes et de Loc’h communauté au nord.
Le décor était donc posé pour qu’un nouveau projet puisse se (re)dessiner et sortir de terre

Les raisons de la discorde

Quelle solution ?

Depuis le rejet du projet et le recours de l’agglo de Vannes, tout le monde était en attente de la décision de la Cour d’Appel de Nantes.
Ce sera chose faite en juillet 2018.
Le nouveau président de Golfe du Morbihan Vannes Agglomération (GMVA – nouvelle appellation de l’agglo) décide ne pas se pourvoir en cassation.
Il déclare : 
« Pour moi, cette affaire est classée.
On travaille depuis des mois sur un autre projet plus restreint de base nautique à Toulindac en réhabilitant un ancien bâtiment de ferme, dont l’Agglo est propriétaire.
Et cette fois, on le fait en concertation avec les Amis des Chemins de Ronde, qui font partie du comité de pilotage. » 

C’est dans ce nouveau cadre que notre association a été invitée par GMVA à participer en octobre 2018, tout comme Bretagne vivante, Chemins de Ronde, Amis de Port-Blanc à une réunion d’informations, d’échanges, de propositions et de présentation des projets en cours d’étude.

L’expérience passée et les jugements intervenus ont permis aux initiateurs du projet de travailler sur du raisonnable à tout point de vue.
Ont été pris en compte l’environnement, la biodiversité, la gestion d’éventuels « conflits d’usage », le respect de la faune et de la flore.
L’accès au site par des cheminements « doux » n’a pas été oublié.
Ils sont adaptés à la préservation du territoire.
La gestion ergonomique du travail des intervenants (moniteurs notamment) a été bien appréhendée.
Tout comme l’accès sans contrainte des élèves et stagiaires.
La conservation naturellement bucolique de l’environnement paysager proche des bâtiments à rénover a été prise en considération.
L’intégration de manière équilibrée de l’utilisation du GR34 par les promeneurs et sa préservation est présente dans les études.

De cette réunion d’octobre 2018, il en est sorti deux documents officiels édités par GMVA.
Ils sont consultables et téléchargeables ci-dessous.

Et maintenant ?

Les permis de construire et déclaration de travaux ont été validés.
Les Chemins de Ronde avait déposé un dernier recours afin d’appuyer une demande de garantie qu’à l’avenir cette zone ne pourrait être sujette à construction.

Dès la signature d’un accord notarié, l’association a retiré son recours comme elle s’y était engagée.
Aujourd’hui, en 2020, le chantier s’organise.
Les appels d’avis de marché ont été publiés. Les pelleteuses sont à demeure.
Une enquête publique sera lancée à l’été pour validation de l’emprise sur le domaine public maritime (D.P.M.)
Une nouvelle ère démarre à cet endroit où tout le monde devrait pouvoir se côtoyer en bonne intelligence.